mercredi 1 juin 2011

luc ferry parle puis se tait, pas temeraire le bougre


Luc Ferry accuse un ex-ministre de pédomanie... puis se tait
| La classe politique française est en plein effondrement moral. Pourquoi l‘ex-patron de l’enseignement lance-t-il ces graves accusations?




Après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, les langues se délient. Elles courent même à une vitesse supersonique. Après l’affaire DSK, le ministre UMP Georges Tron a dû démissionner après avoir été accusé d’agression sexuelle. Et maintenant, c’est le philosophe et ancien ministre Luc Ferry qui accuse un ex-membre du gouvernement français d’actes pédomaniaques, lors d’une émission de Canal+ diffusée lundi soir.

Il évoque tout d’abord un petit article paru dans le Figaro Magazine de cette semaine qui fait allusion à «un ancien ministre qui s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons». Le journal ajoute que l’ex-ministre français a été relâché au Maroc et qu’il n’a subi aucune poursuite à son retour dans son pays. De tels actes, pourtant, tombent sous le coup de la loi française, même s’ils ont été commis à l’étranger.

Courageux mais pas téméraire, Luc Ferry ne livre aucune identité: «Si je sors le nom maintenant, c’est moi qui serai mis en examen (ndlr: pour diffamation) et à coup sûr condamné, même si je sais que l’histoire est vraie.» Le philosophe proche de l’UMP ajoute que «l’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier par le premier ministre». Mais quel premier ministre? Jean-Pierre Raffarin, qui a dirigé Matignon lorsque Luc Ferry était ministre? Le philosophe politicien n’en dira pas plus.

En septembre 2009, au micro de RMC, l’ancien patron des Renseignements généraux (police politique) Yves Bertrand avait évoqué une affaire de pédomaniaque qui aurait concerné un ministre dans les années 80. Serait-ce le même ex-membre du gouvernement dont parle Luc Ferry? On peut en douter car l’épisode narré par le philosophe paraît plus récent. Y aurait-il donc plus d’un ex-ministre concerné par ces accusations gravissimes?

La façon dont Luc Ferry a balancé de tels propos laisse songeur. Pourquoi avoir attendu le déclenchement de l’affaire DSK pour divulguer ces actes? S’il ne s’agit que de ragots, Ferry devra s’en expliquer. Mais si les faits sont avérés, alors pourquoi ses collègues et lui-même se sont-ils tus pendant longtemps, prenant ainsi le risque d’une récidive de la part de ce pédomaniaque?

En tout cas, au fil des révélations sur ces délits sexuels, réels ou supposés, la classe politique française donne l’impression de s’effondrer moralement. Ce qui est tout bénéfice pour Marine Le Pen et son Front national.

Aucun commentaire: