mercredi 1 juin 2011

Luc Ferry dénonce un "ancien ministre attrapé dans une partouze avec des petits garçons"

Luc Ferry dénonce un "ancien ministre attrapé dans une partouze avec des petits garçons"


Invité le 30 mai du Grand Journal de Canal+, Luc Ferry a fait sensation en évoquant une histoire connue de tous (d’après lui) mais sur laquelle tout le monde se tait : « un ancien ministre, qui s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons ».

« Les journalistes ne peuvent pas dire les choses qu’il savent (je pourrais vous en donner beaucoup d’exemples, que vous connaissez comme moi) parce qu’ils tombent sous le coup de la diffamation », a lancé le philosophe, avant de mettre en cause « un ancien ministre », sans le nommer : « Le problème c’est : est-ce que l’on veut une presse qui fait fi du principe de la diffamation et du respect de la vie privée, ou pas ? Est-ce qu’on veut une presse à l’américaine ou pas ?  », s’est interrogé l’ex-ministre de l’Education nationale. «  Regardez, le dernier exemple en date est frappant. Dans les pages du Figaro Magazine de cette semaine, vous avez un épisode qui est raconté d’un ancien ministre, qui s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons (…). L’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier par le Premier ministre », a-t-il précisé.

JPEG - 84.2 ko
L’article du Figaro Magazine de cette semaine
Les propos de Luc Ferry et l’article du Figaro Magazine nous rappellent ceux tenus par Yves Bertrand dans l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC, les 27 novembre 2008 et 9 septembre 2009 : l’ancien directeur central des Renseignements généraux évoquait aussi un ministre soupçonné de pédophilie dans les années 1980. L’affaire avait à l’époque été étouffée.
Le 22 septembre 2005, L’Express consacrait un article aux ragots qui couraient alors sur Jack Lang :
En 1996, un « blanc » - document non signé - des Renseignements généraux fait allusion à une vraie affaire de pédophilie survenue en 1988 dans le sud-est de la France et évoque, avec force détails scabreux, le couple Lang, citant des écoutes téléphoniques que personne n’a jamais entendues et qui ont été, selon la note… détruites depuis. La hiérarchie policière n’accorde aucune crédibilité à l’assertion. Enfin, à l’approche de la présidentielle de 2002, quelques chiraquiens racontent une arrestation de Jack Lang au Maroc, dans une affaire de mœurs, suivie d’une exfiltration discrète organisée par l’Elysée. Pas la moindre preuve, mais les missiles anti-Jospin se préparent, que le 21 avril rendra caducs. « Le plaisir est important dans sa vie privée, conclut un proche, mais il est trop soucieux de la liberté d’autrui pour se livrer à quoi que ce soit d’illégal en la matière. »
Est-ce que Luc Ferry faisait allusion à cette rumeur ou à une autre histoire ?
Invité le 30 mai du Grand Journal de Canal+, Luc Ferry a fait sensation en évoquant une histoire connue de tous (d’après lui) mais sur laquelle tout le monde se tait : « un ancien ministre, qui s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons ».
« Les journalistes ne peuvent pas dire les choses qu’il savent (je pourrais vous en donner beaucoup d’exemples, que vous connaissez comme moi) parce qu’ils tombent sous le coup de la diffamation », a lancé le philosophe, avant de mettre en cause « un ancien ministre », sans le nommer : « Le problème c’est : est-ce que l’on veut une presse qui fait fi du principe de la diffamation et du respect de la vie privée, ou pas ? Est-ce qu’on veut une presse à l’américaine ou pas ?  », s’est interrogé l’ex-ministre de l’Education nationale. «  Regardez, le dernier exemple en date est frappant. Dans les pages du Figaro Magazine de cette semaine, vous avez un épisode qui est raconté d’un ancien ministre, qui s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons (…). L’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier par le Premier ministre », a-t-il précisé.

Aucun commentaire: