mercredi 1 juin 2011

Affaire Alexandre Guérini : Rémy Bargès plaide "la crainte du piratage"ou l'art de remy de nous prendre pour des cons avec nos deniers

Entendu lundi par le juge Charles Duchaine dans le cadre de l’affaire Alexandre Guérini, Rémy Bargès a assuré au magistrat qu’il n’avait pas fait remplacer des ordinateurs du Conseil général pour dissimuler des documents confidentiels aux enquêteurs. Selon nos informations, le directeur de cabinet de Jean-Noël Guérini, qui a été mis en examen pour "destruction de preuves", a justifié son geste par "la crainte du piratage informatique" : il a expliqué avoir voulu éviter que n’importe qui ait accès "à des données politiques sensibles", ce qui aurait pu arriver en raison des ordinateurs en réseau.

Plusieurs raisons poussent le juge Duchaine à penser que des ordinateurs ont été détruits afin de faire "obstacle à la manifestation de la vérité". D’abord, une écoute téléphonique du 27 avril 2009 montre que Jean-Noël Guérini a bénéficié d’une indiscrétion le prévenant de l’ouverture d’une enquête. Ensuite, c’est le 16 novembre 2009 que la presse a révélé l’existence d’une instruction sur les marchés publics dans les Bouches-du-Rhône, ce qui risquait de précipiter les investigations. Enfin, les fameux ordinateurs ont été changés durant les trois jours suivants, ce que les gendarmes ont constaté lors d’une perquisition réalisée à l’Hôtel du Département deux semaines plus tard. Face à cette chronologie qui ne manque pas de poser question, Rémy Bargès a expliqué au magistrat qu’il avait pris la décision seul et que l’opération était prévue depuis plusieurs mois, afin de corriger "des bugs" dont se plaignaient plusieurs membres du cabinet.

Plus d'informations demain dans L

Aucun commentaire: